3 sacs, mille soucis

Publié le par Emlyn

C'est fou ce qu'on peut devenir embetée dans la vie, alors qu'il n'y a ni guerre ni drame proche de moi. Remarquez, le bonheur ça n'existe que pour les gens sans cerveau, parce que se sentir dans le bonheur quand l'injustice crève la rue, c'est de l'égoisme pur.

Ce qui suit est du pur égoisme, précisons-le bien.

Demain, j'ai un examen qui demande beaucoup de révisions, ce que je m'apprête à faire dans la bibliothèque universitaire. Aussitôt après, nous allons fêter cela en faisant un bowling. Aussitôt après, je vais en weekend chez mon oncle à Southampton, et visiter la New Forest, où il y a des chevaux sauvages.

Lundi je reviens avec un matelat sur le dos, à déposer chez une bedsitter pour l'été. Suivent des dépots un peu partout dans la ville, des cartons fermés pour l'été, à ouvrir de préférence avant fin septembre 2009.

Mercredi, je m'envole (ouch, ce n'est vraiment pas bien ça!) pour le pays des fjords, avec à la clef une belle robe pour le mariage et un appareil photo cassé pour les photos vacances bonheur. Ah, oui, et aussi les chaussures de montagne, parce là-bas aussi, ça vous gagne!

Quelque temps plus tard, je reviens au pays de We-We, enfin, non, parce que cela fait trop pipi. Bref, je reviens voir la Reine pendant trois jours, avant de m'engouffrer dans un car d'étudiants vers la petite montagne du milieu en France. J'emporte la combi du pêcheur, sans la canne. Super Sexy, vous m'appellerez! Intégrale imperméable, chapeau de paille et les fameuses chaussures de montagne.

Dix jours plus tard et pleins de plantes identifiées, le car me dit bye-bye dans la cité des volcans, où youpi je suis en contact visuel avec un bout de ma famille. Au menu, pique-nique s'il fait beau, ou pas. Le tout étant de sourire, car ce sont des jolies vacances au Sud.

Trois jours plus tard, je me traine au bercail (ben oui, je n'avione pas, c'est trop polluant) et mange des gâteaux avec un jus, c'est ma mère qu'il l'a dit d'abord! Et puis mon agenda anglais prend des vacances jusqu'à milieu septembre.

D'ou les fameuses questions qui se suivent:

L'exam de demain sera-t-il aussi difficile que je pense? Le trajet d'Oxford à Wallingford sera-t-il à temps pour voir Sheila? Le dimanche à Southampton sera-t-il calme, malgré le fait que je penserais sans cesse à tous les cartons qu'il faudra remplir en rentrant? D'ailleurs, le lit que Mike me prête rentrera-t-il dans la chambre de Meryl? Et le rendez-vous chez le coiffeur, il est quand? Va-t-on finir la mini-épicerie qu'Haavard s'est constituée et qu'on essaye de réduire au maximum pour ne pas gaspiller de la nourriture? Vais-je voir de jour le pays de mon amoureux, quand on sera accroché aux nuages? Vais-je être perdue dans une langue que je ne connais pas? Sourire et être belle, voilà mon destin! La montagne que je dois grimper, est-elle trop grande pour moi? Pour qui dois-je voter pour les européennes? Et puis où vais-je dormir à Oxford quand je reviens? Le trajet en car jusqu'à Montvert, va-t-il être épuisant? Avec qui vais-je partager ma chambre là-bas? Les abeilles francaises m'aiment-elles? Comment vais-je retrouver Jean-Marie dans une grande ville à neuf heures du soir, quand les chauffeurs sont anglais et que je ne suis même pas sûre qu'on passe par Clermont?

Après, tout ira mieux!
Sur ce, je vais me faire une barre chocolatée et me replonger dans la photosynthèse!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
ouch... rien que ça! eh bien, je vois que tout le monde se pose beaucoup (trop?) de questions! Avance, les réponses viendront bien plus vite que tu ne le pense! :D
Répondre
T
Lundi midi, j'ai tout lu, beaucoup de tes questions ont reçu des réponses maintenant...
Mais il en reste encore, alors vis... et tu sauras !!!
Répondre
M
et bien nous avons tout lu...jusqu'au bout!
Y'en a beaucoup des questions dans ta tête!
Répondre